David Badgerow montre son jeu d’acteur pour créer des références visuelles

Pourquoi un motion designer doit être un bon comédien?

Salut les motions ! Aujourd’hui je vais vous expliquer pourquoi un motion designer doit être un bon comédien? ! Cette réflexion est issue d’une de mes lectures du moment : le livre « Les fondamentaux de l’animation’’ écrit par Paul Wells. Dans cet ouvrage spécialisé en cinéma d’animation, j’ai été frappé par la nécessité pour l’animateur d’être lui-même un bon acteur !

C’est une notion que je trouve également pertinente pour les motion designers. Quel que soit le type de production animée, le besoin d’exprimer l’émotion et l’action demeure un principe fondamental pour une séquence animée efficace.

C’est in fine toujours à l’animateur (ou aux motion designers comme nous) qu’incombe la responsabilité d’interpréter le personnage visuellement !


L’animateur est un acteur !

Lors du Festival du Film de Londres en novembre 2001, John Lasseter de Pixar Animation a tenu ces propos :
« En tant que réalisateurs, nous abordons d’abord le point de vue de l’interprétation avec les animateurs. Nous abordons aussi les aspects pratiques que peut avoir le déplacement d’un personnage d’un lieu à un autre, mais nous ne leur expliquons pas comment le faire. L’animateur peut parfois rencontrer un problème sur la façon dont un personnage fera une chose précise. Il utilisera alors la vidéo pour interpréter les choses. Nous avons équipé une pièce de miroirs et les animateurs jouent certaines scènes. Même si nous créons des mondes fantastiques, nous voulons les rendre crédibles. »


David Badgerow montre son jeu d’acteur pour créer des références visuelles



Les conseils d’Ed Hooks

Ed Hooks, professeur d’art dramatique pour la communauté américaine de l’animation, propose ces conseils pour véritablement faire jouer vos personnages :

  • Un geste n’illustre pas forcément le mot prononcé. Parfois un geste peut évoquer une vérité intérieure différente.  (c’est le cas de personnages menteurs ou manipulateurs par exemple, comme Golum dans Le Seigneur des Anneaux)
  • Votre personnage doit surmonter des obstacles. Il doit se confronter à des difficultés.
  • Animez les pensées du personnage. Toutes ses pensées ! Plus elles sont précises, meilleures elles seront.

Observez cette scène du Géant de fer, vous pouvez voir toutes les pensées du robot .

  • Un personnage joue une action jusqu’à ce que quelque chose lui arrive et l’amène à effectuer une nouvelle action. En fait, il ne devrait jamais y avoir de moments ou votre personnage est inactif.
  • Le métier d’acteur peut se résumer ainsi : Interpréter une action en poursuivant un objectif, tout en surmontant un obstacle.
  • Les scènes commencent au milieu, pas au début. Entrez dans une scène le plus tard possible.
  • Les personnages idiots ne pensent pas qu’ils le sont. Ils pensent au contraire être futés.
  • Ne commencez pas l’animation tant que votre histoire n’est pas parfaitement établie. Créez d’abord le story-board complet, ainsi, si une scène manque de rythme ou d’impact vous pourrez y remédier avant la phase d’animation (gain de temps garanti!).
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Introduction aux clés d’animation


Référence vidéo pour le film - Les Aventures d'Alice au pays des merveilles
Référence vidéo pour le film – Les Aventures d’Alice au pays des merveilles

Les conseils de Barry Purves

Barry Purves, un animateur en stop motion ayant reçu plus de 50 prix internationaux pour ses films, ajoute quelques conseils complémentaires :

  • L’animation est essentiellement un art de la « métaphore ». Elle permet en outre de donner une vision de la société.
  • Le jeu est au cœur de l’animation. Il est particulièrement important de se concentrer sur le langage corporel et sur la gestuelle en tant qu’outils d’EXPRESSION.
  • Privilégiez un jeu simple et clair. Une gestuelle minimaliste est plus efficace qu’un jeu trop démonstratif.
  • Ne vous concentrez pas que sur le visage de votre personnage et n’ayez pas peur de montrer la totalité du personnage dans le cadre.
  • Tenez les poses, étirez le mouvement et changez le rythme.
  • À partir du style du personnage, élaborez un lexique de mouvements qui lui est propre, afin que son jeu semble évident et soit distinctif.
  • Les animations n’aspirent pas toutes à être réalistes, mais elles doivent être crédibles. Établissez la « logique illogique » du monde que vous créez et donnez-lui de la crédibilité.


Exemple d’acting en Motion Design

https://moving-illustrations.tumblr.com/post/167868527445/illustration-justine-cunha-rig-animation-duduf



Voilà pour les conseils pour donner vie à vos personnages en animation. Je vous recommande chaudement la lecture du livre Les fondamentaux de l’animation, publié aux Éditions Pyramyd.

En tout cas, percevoir l’animateur en tant qu’acteur est une révélation pour moi, que je souhaitais vous partager ! Je trouve que l’on peut adapter la plupart de ces conseils à la pratique du motion design.

Essayez d’appliquer ces conseils afin de rendre vos personnages toujours plus vivants !


Pour approfondir le sujet, je vous partage ici 2 articles :


Le premier pour apprendre à rigger un personnage sur After Effects

Le second sur les préceptes d’animation chez Disney.


Jeremy

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 commentaires sur “Pourquoi un motion designer doit être un bon comédien?

  1. Je découvre ton blog via cet article et je dois dire que ton positionnement est génial ! Jamais je n’aurais pensé à une telle thématique et surtout à une telle niche !! Juste une question : il existe bcp d’autres blogs du genre ou tu es le seul sur ton marché ? Merci

    1. Je ne suis pas le seul à parler de Motion Design, mais nous sommes très peu nombreux en Francophonie. Je ne connais pas à ma connaissance de site Fr qui font ce type d’article sur des principes et des cours théoriques sur cette discipline ! Merci beaucoup de ton retour !

  2. C’est fou ! En même temps ça ne m’étonne pas qu’il y ait besoin de jouer le rôle pour pouvoir animer. Pour que les pensées soient comprises, il faut que le langage corporel corresponde à ce que nous connaissons, sinon on risque de ne pas se plonger dans l’histoire. C’est bien ça ?
    Ça le fait penser, lorsque je veux dessiner un personnage dans une pose particulière, après avoir plusieurs fois cherché une référence presque des heures durant, j’ai fini par me prendre en photo dans la pose souhaitée.

    Merci pour ton article super intéressant en tout cas 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *