Oelhan.tv - Jordan_Coelho

Entrevue avec Jordan Coelho (aka Oelhan)


Salut les motions ! Je suis très content aujourd’hui de partager avec vous mon entrevue avec Jordan Coelho, aka Oelhan, un motion designer Français très talentueux basé à Montréal.

J’ai découvert son travail il y a maintenant 2 ans, j’aime particulièrement ses projets personnels et je suis certain que vous allez également les apprécier. Jordan a pris le temps de répondre à toutes mes questions et nous a parlé de son parcours, sa démarche artistique, ses outils de créations et de ses collaborations.

Vous trouverez une retranscription partielle de cette entrevue qui couvre les questions principales, mais je vous recommande chaudement d’écouter le podcast afin d’avoir l’ensemble du contenu.


Peux-tu te présenter en quelques mots ?


Je me définirais comme directeur artistique, motion designer et maintenant VJ. Mais surtout je me définirais par les projets personnels et les expérimentations que je peux poster sur Instagram sur mon compte Oelhan.TV.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par 𝙊 𝙀 𝙇 𝙃 𝘼 𝙉 (@oelhan.tv) le


Qu’est-ce qui t’a amené à faire du motion design ?


À la base j’ai fait un lycée d’art appliqué, après quoi j’ai fait deux ans en design graphique et c’est seulement au début de cette formation que j’ai découvert, un peu par hasard, le motion design. J’ai commencé à ouvrir After Effects et à faire un tuto. J’ai trouvé que ce n’était pas si difficile, donc j’ai continué.
En les postant sur internet et en voyant les retours de personnes ça m’a motivé à en faire plein. À la fin c’est devenu une vocation.
C’est vraiment en partant de là que depuis 2015, je fais du motion.


Quelles sont les plus grandes difficultés que tu as rencontrées dans ton apprentissage du motion design ?


À part au début pour apprendre les logiciels et les difficultés un peu techniques, je n’en ai pas eu énormément. Quand j’ai voulu faire des stages, j’ai réussi à en trouver des intéressants, en partageant mes projets et en m’entourant de gens. Donc honnêtement j’ai eu plutôt de la chance.

Après je me suis fait aider en faisant un stage sur El motion lab.
Je réalisais des visuels pour des spectacles musicaux. J’ai notamment travaillé pour des visuels d’une tournée de Martin Solveig.
Faire des visuels de show ça m’a obligé à être productif et à produire beaucoup de contenu. Ce stage a été le déclic qui m’a donné envie de continuer à me former et de poursuivre en motion.


Justement dernièrement, j’ai remarqué que tu faisais de plus en plus de Vijing. Est-ce que tu peux nous en parler ?


C’est encore récent, cela fait environ 1 an que je fais du vijing. J’utilise un setup assez classique niveau matériel et logiciel. J’utilise résolume Arena avec un controler midi Akai APC mini. Sinon pour les loops, After Effect et C4D, parfois un peu de flash ou photoshop pour des animations image par image.


Est-ce que tu travailles des visuels spécifiquement pour les artistes ou bien on vient te voir pour mixer tes propres visuels ?


Pour l’instant on ne me demande pas de créer des visuels spécifiques mais dans l’idéal c’est ce que j’aimerais faire. Actuellement c’est plus une compilation de mes projets personnels qui marchent bien en vijing.



Quel serait pour toi un projet de rêve ?


J’adorerais pouvoir créer des visuels pour un artiste et les jouer en live par la suite. Vivre un peu la vie d’artiste sur la route, avoir une vie un peu rock. En fait j’aimerais bien pouvoir accompagner un artiste de la création de sa pochette de disque jusqu’à la tournée en passant par la création de ses clips vidéos.


Après tes études as-tu commencé directement en freelance ?


En partageant mes projets sur internet j’ai commencé à avoir des propositions assez rapidement. Donc directement après les études, j’ai cherché à devenir freelance. J’ai notament rencontré des personnes qui m’ont bien aidé à un événement le “Motion Beer” à Paris, organisé par un motion Designer Francis Bièvre.
Là-bas j’ai rencontré Raphael Bluzet et Yoan Quintar qui m’ont pris sous leurs ailes, m’ont donné un premier projet et m’ont aidé à savoir quel statut avoir etc…


Explique-nous si tu le veux bien, la genèse de certains de tes projets.
Commençons par “Simple Shapes In Motion”



Ce projet est comme un hommage aux précurseurs du motion design (ndlr Oskar Fischinger et Walther Ruttmann). Il s’agit initialement d’un projet de cours qui s’est transformé en projet personnel car il ne rentrait plus dans les cases des cours.


Parle-nous un peu de ton projet “Mtl Pinball”



Il s’agit d’un projet collaboratif que l’on a initié avec Josselin Bey un autre motion designer connut sous le nom de Bewoy. On a imaginé le projet comme un défi créatif un peu à l’image des Keyframes challenge du blog Motion Café. On voulais travailler avec nos amis et au final une douzaine de motion designers issus de notre entourage ont participé. On a trouvé une idée , un concept que l’on a ensuite fait sous forme d’animatique puis on leur a proposé et finalement chacun a eu 5 sec d’animation à produire. On a compilé le tout et ça a donné Mtl Pinball.

Il y a eu une grande diversité dans les propositions, on a été agréablement surpris à ce niveau là. Puisque le brief était ouvert, chacun a pu se faire plaisir au niveau de sa proposition.

Le projet s’est étendu sur 3 mois, le plus gros défi à été de faire avec les emplois du temps de chacun. Sinon ça a été très fluide.


Tu portes une attention particulière au sound design sur tes projets. Avec qui as-tu l’habitude de travailler ?


Au niveau du sound design, pour Mtl Pinball et 36 days of types, j’ai collaboré avec Audiospheric. Il a accepté d’embarquer dans ces projets personnels et à chaque fois il a rendu un résultat qui déchirait.


Tu as participé 2 fois au “36 days of types” pourquoi faire ce challenge ?


Pour progresser clairement ! Je rappelle un peu le concept : il s’agit d’un challenge où l’on doit créer et poster sur Instagram une lettre par jour pendant 36 jours consécutifs et tous les graphistes le font en même temps.

C’est vraiment très valorisant, de poster sa lettre et de voir celles des autres. D’avoir le sentiment que l’on est pas seul devant son écran, il y a 8000 personnes qui vont poster leurs lettres le même jour.

Ça fait progresser super vite car on se donne les moyens de produire une lettre par jour. Surtout si on les réalise en motion design on progresse super vite. J’ai choisi de prendre tout ce mois off pour réaliser ce défi. Même si je ne passais pas toute ma journée à créer ma lettre, cela représentait entre 4h et 8h de travail. Je pense que ça vaut le coup de prendre du temps off pour réaliser un projet comme celui-ci.




As-tu participé à d’autres challenges ?


Dans l’ideal j’en ferai d’autres mais pas forcément de la typo. J’ai participé une fois au Pingpong club.


Quel conseil donnerais-tu à un motion designer débutant ?


De partager son travail ! Absolument car au-delà des compétences techniques que l’on peut avoir quand on a un retour de quelqu’un c’est très valorisant. Même quand on débute et que l’on a un peu peur, c’est très important de le faire quand même. Peu importe son niveau il faut oser montrer ce que l’on fait.

Il y a un très bon livre sur le sujet que je recommande, il s’agit de Show Your Work de Austin Kleon. Il apprend à comment faire progresser sa carrière en partageant son travail. La bible de tout ce concept là !



Voilà pour la retranscription partielle de cette entrevue.
Pour avoir l’intégralité de l’interview je vous invite à écouter le podcast disponible en haut de l’article ou bien en cliquant ici

Si vous aimez ce format je vous invite à écouter mon interview de Sebastien Camden et je vous dit à bientôt pour un nouveau podcast.

Jeremy


Liens des références citées pendant l’interview :

oelhan.tv
El motion lab
OELHAN – VJ content
Je suis motion designer – Paris
Raphaël Bluzet
Yohan Quintar
Resolume Arena
AKAI APC Mini
Simple shapes in motion
MTL PINBALL
Josselin Bey (Bewoy)
Audiospheric
36 days of type
Ping Pong Club
Motion Graphics Collective
Wine after Coffee
Motionographer
Stuck in the sound – Let’s go
Ruffmercy
Austin Kleon, Show your work
Cassandre
Saul Bass
Rough Animator
Procreate
Adobe Fresco
Ben Mariott







Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 commentaires sur “Entrevue avec Jordan Coelho (aka Oelhan)

    1. Bonjour Alice, merci pour ton retour, heureux que ça te plaise. J’essaie de faire de mon mieux lorsque j’interview les gens dans leurs locaux. Je vais tâcher d’améliorer la qualité du son pour les prochains podcasts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *