Qu’est-ce que l’art immersif ?

Bonjour !  Je vais tacher aujourd’hui de définir ce que l’on entend part art immersif. Il s’agit là d’un bien vaste sujet qui peut à lui seul être considéré comme une porte d’entrée pour entrevoir toute l’histoire de l’art. On associe très souvent art immersif et art numérique. Ce qui est particulièrement vrai actuellement, notamment avec les projections sur dômes ou bien les casques de réalité virtuel. Mais il faut voir que la notion d’immersion est bien plus ancienne et même intrinsèque à l’histoire de l’art.

Effectivement, que sont les grottes de Lascaux si ce n’est une des premières traces d’activité picturale de l’humanité et à la fois une des premières œuvres immersives connues? Idem pour les fresques post-Antiquité de la Renaissance et plafonds baroques, qui sont des trompes l’œil qui perturbent notre vision en se superposant à un espace réel.

L’idée ici est surtout de se mettre d’accord sur un vocabulaire commun, contextualisé (dans notre époque) et qui nous permet de définir plus précisément les œuvres d’art actuelles. Il ne s’agit pas là de pinailler sur les détails comme le feraient des historiens d’art mais de toujours garder en tête le point de vue de créateur / designer et, bien sûr, celui de spectateur, qui est bien souvent acteur dans ce type d’installations.

Rentrons dans le vif du sujet et débutons par une définition de l’immersion de Louis-Claude Paquin, directeur du Doctorat en communication Faculté de communication Université du Québec à Montréal.

L’immersion selon Louis-Claude Paquin (2006) :

    • Provoque un engagement de la part du spectateur non seulement cognitif, mais sensoriel.
    • Créer un effet de présence induit par une simulation spatio-temporelle proposée au plan visuel par la succession d’images fixes où la profondeur est recréée sur la surface bidimensionnelle d’un écran, et au plan auditif par la stéréophonie.
  • Créer un effet physiologique et psychologique, l’illusion de l’absence de médiation lors d’une expérience médiatisée dûe à un bloquage temporaire de la fonction de «monitoring» de la réalité, cette même fonction est altérée lors des perceptions sans stimuli que sont les hallucinations.

On remarque ici l’importance de la spatio-temporalité, de l’implication du sens de l’audition et l’altération de la réalité, c’est-à-dire une illusion.

Infinity Room par Refik Anadol

Les arts immersifs peuvent être définis comme des dispositifs expérientiels où la place du spectateur dans l’environnement créé est central. Ces environnements modifient sa perception de l’espace, du temps et même la vision de son corps.

Il y a aujourd’hui 4 domaines qui correspondent à ce que l’on appelle communément l’art immersif :

  1. Les expositions dites immersives, grâce à de la projection et une conception sonore
  2. la réalité virtuelle, grâce à des casques
  3. La réalité augmentée, par l’intermédiaire d’applications ou hologrammes
  4. et le plus connu de tous, le cinéma

Il me semble intéressant de préciser également les notions de virtuel et réel et donc de fait celle d’irréel.

Voici les définitions du Larousse ;

Virtuel :

    • Qui n’est qu’en puissance, qu’en état de simple possibilité (par opposition à ce qui est en acte)
  • Qui comporte en soi-même les conditions de sa réalisation ; potentiel, possible.

Réalité :

  • Caractère de ce qui est réel, de ce qui existe effectivement
    • Ce qui est réel, ce qui existe en fait, par opposition à ce qui est imaginé, rêvé, fictif : La réalité dépasse la fiction.
  • un endroit qui existe et qu’on peut expérimenter. Ndlr: expérimenter prend ici le sens d’interagir.
    On peut voir ici un antagonisme entre ces deux termes mais pour Maurice benayoun , un artiste français pionnier des nouveau médias, Le virtuel n’est pas irréel dans la mesure où le réel ne se résume pas à ce qui est concret ou matériel.

“Le virtuel c’est le réel avant qu’il ne passe à l’acte” (Maurice Benayoun)

  • Le virtuel n’est donc pas opposé au réel. Le possible est en fait un réel latent qui ne demande qu’a exister.

Si le virtuel devient tangible c’est-à-dire que l’on peut interagir, il devient en quelque sorte une réalité alternative. Ceci est d’autant plus vrai avec les casques de réalité virtuelle. On devient acteur d’un monde virtuel sur lequel on peut intervenir. On peut créer dans une réalité fictive où le corps est au centre de l’espace.

Voici quelques exemples de lieux connus proposant des expériences immersives.

  • La géode (Paris), un grand cinéma 360 degré.
  • L’atelier des lumières (Paris), le plus grand centre d’art numérique d’Europe. J’ai écris un précédent article sur ce lieu ici
  • La SAT, très connue pour son dôme assez récent datant de 2011, appelé la Satophère et son festival le SAT FEST chaque année depuis 2012.
  • Le centre Phi, avec son jardin de réalité viruelle.

Bonus :

Quelques exemples historiques d’environnements immersifs, qui sont les prémices de ce que nous connaissons aujourd’hui :

  • Grotte de Lascaux
  •  Fresques post-Antiquité, Renaissance
1510, fresque, base 700 cm, cité du Vatican, musées du Vatican
  • Plafond baroque
Palais Pitti, Angelo Michele Colonna et Agostino Mitel
  • Peep shows

illustration by Theodor Hosemann, 1835
    • Caméra Obscura
    •  Lanterne Magique
    • Panorama de Barker
    • Stéréoscope
    • Monet, «Les nymphes»
    • Stereopticon
    • Le cinéma, Frères Lumière, Antoine Lumière (1840-1911)
    • Teleview (1922)
    • La Fée Électricité est une peinture monumental de Raoul Dufy (1936)
    •  «Cinerama», Fred Waller (1950)
    • Morton L. Heilig, «Steroscopic-television apparatus for individual use»
    • Morton L. Heilig, «Sensorama Simulator»
    • Sutherland, Head-mounted display system
    • Simulateurs de vols – Evans and Sutherland Computer Corp
    • Myron Krueger, «Videoplace» (1975)
    • Dataglove
  • The Virtual Interface Environment Workstation (VIEW), 1990 de la NASA
  • Omnimax/Imax
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •  

1 commentaire sur “Qu’est-ce que l’art immersif ?

  1. Très intéressant, on imagine souvent que l’art immersif concerne uniquement des œuvres modernes, or la grotte de Lascaux est un bon exemple d’art immersif!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *